Le dogme de la réforme par la proportionnelle mixte

Dans la présente campagne électorale québécoise, on a un peu parlé de réforme du mode de scrutin. Les partis d’opposition se sont engagés à la réaliser alors que le parti Libéral s’est montré complètement fermé à l’idée. Or, à chaque fois qu’on en parle, on prend pour acquis que le seul autre mode de scrutin possible est le mode proportionnel mixte où une partie des candidats sont élus dans les circonscriptions et l’autre partie à partir d’une liste pré-établie par chaque parti de façon à ce que le nombre de membres de l’Assemblée Nationale soit proportionnel au nombre de votes reçu par chaque parti.

Cette insistance sur le mode de scrutin proportionnel mixte porte toujours le flanc à une critique facile. On dira qu’on ne veut pas d’un mode de scrutin où des personnes parachutées d’une liste sont élues par défaut avec aucun soucis de représentativité, régionale par exemple. Si ces arguments peuvent être facilement écartés par quelques règlements dans le système proportionnel mixte, il me semble que casser le dogme de la réforme par la proportionnelle mixte permettrait d’éviter cet argument que certains prennent comme complètement discréditant. En ne présentant que ce mode de scrutin comme possibilité, on laisse les personnes qui ont peur du changement être impressionnés.

Il me semble qu’on pourrait mettre de l’avant un vote alternatif pour amener une réforme du mode scrutin qui ne changerait pas grand chose au fonctionnement mécanique de nos élections mais qui forcerait les partis à présenter une plateforme et un discours politique plus portés sur le consensus que sur la division et la diabolisation des opposants.

Dans le vote alternatif, chaque électeur assigne un ordre préférentiel aux candidats de sa circonscription (1 pour son préféré, 2 pour le second et ainsi de suite, pas obligé de numéroter tous les candidats). Lors du dépouillement des votes, on vérifie si un candidat obtient la majorité absolue des voix. Si c’est le cas, il est déclaré gagnant. Sinon, on élimine le candidat ayant reçu le moins de voix et on distribue ses bulletins selon la seconde préférence inscrite. On vérifie à nouveau si un candidat obtient la majorité absolue et on recommence le processus jusqu’à ce que ce soit le cas.

Au final, dans le scrutin alternatif, le candidat qui remporte l’élection est celui à qui une majorité de personnes serait prête à se rallier si son candidat préféré n’était pas élu. C’est un système qui est fonctionnel peu importe le nombre de partis en jeu. De plus, il ne produit pas les résultats absurdes du système uninominal à un tour comme un candidat d’extrême qui ne serait jamais supporté par plus de 25% des gens mais qui gagnerait car le vote s’est séparé entre les candidats des autres partis. De plus, la seule différence pour l’électeur par rapport au système actuel serait qu’il devrait ordonner les candidats plutôt qu’en choisir un seul.

Peut-être que si c’était ça l’alternative, il serait plus facile de convaincre les électeurs et les partis politiques d’embarquer dans une réforme du mode de scrutin. C’est pourquoi je pense qu’il faut arrêter de voir le scrutin proportionnel mixte comme la seule alternative au mode actuel.

Publicités

Commentez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s