La mort pour ça, vraiment?

Ce matin, à force d’écouter des émissions de nouvelles, un lien étrange mais qui me paraît maintenant intéressant me vient entre deux nouvelles. D’abord, en France, la situation est presque catastrophique. Au moment où j’écris ceci, deux prises d’otages sont en cours et déjà presque vingt personnes sont mortes dans les suites de la tuerie dans les bureaux du journal Charlie Hebdo. Parallèlement, mon poste local de nouvelles me rapporte qu’une enquête est ouverte concernant une lettre de menaces de mort envoyée au maire de Lévis. Selon ce que j’ai entendu, un citoyen mécontent des changements de noms de rues dans la ville a envoyé une lettre anonyme contenant des insultes et des menaces.

Si je fais le lien entre ces événements, c’est parce que la source du problème dans les deux cas me paraît plutôt mineure par rapport à l’ampleur des actions qui en ont résulté.

À Lévis, comment une personne peut-elle passer d’un sentiment de mécontentement face à des changements de noms de rues à l’action d’envoyer une lettre de menaces de mort à un élu. Si nos politiciens ne sont pas toujours parfaits, il me semble que menacer leur intégrité physique est tout à fait inacceptable. Mais le faire pour une question aussi banale me « flabbergaste ».

Dans le cas de Charlie Hebdo, on peut supposer que ces événements se produisent parce que le journal s’en est pris plusieurs fois à l’idéologie musulmane en publiant, entre autres, des caricatures du prophète Mahomet. Si je comprends bien, il est interdit de publier l’image du prophète dans cette religion et cela justifierait, dans la tête des personnes qui ont posé ces gestes, de s’en prendre aux personnes et institutions qui les ont fait paraître dans leurs journaux. Ça me semble un peu excessif comme réaction. Si, en tant que membre d’une religion, on peut déplorer le fait que des personnes ne respectent pas les principes de notre foi, comment peut-on penser que cela mérite la mort?

L’action publique et politique pour dénoncer des problèmes est une force fondamentale du progrès social. Quand on est en désaccord avec les actions d’un acteur de la société, on peut utiliser différents moyens pour exprimer ce désaccord et faire changer les choses. Toutes sortes de tribunes sont disponibles pour le faire.

Cependant, menacer de mort ou tuer les personnes qui vont à l’encontre de nos principes ne fait que cristalliser les choses et envenimer le climat. Malheureusement, on peut douter que les meurtres commis en France amèneront une meilleure entente entre l’Occident et les musulmans. Au contraire, dès hier, des journaux ont pris la peine de publier les caricatures de Charlie Hebdo pour souligner l’élargissement du fossé. Le message envoyé est clair : « La liberté de presse est plus importante que vos principes religieux dans notre sphère publique ».

Ne soyons pas guerriers; que ce soit pour faire passer un message politique ou en réaction à des actions barbares, utilisons correctement notre voix et les forums opportuns pour faire avancer la paix et la compréhension.

 

Publicités

Commentez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s